Se déconnecter

Peindre les murs est l’une des premières choses à laquelle on pense lorsque l’on souhaite rafraîchir sa décoration. Seulement voilà, choisir une peinture n’est pas une décision anodine dès lors que l’on prend conscience qu’elle a un impact direct sur la qualité de l’air intérieur, et plus largement sur notre santé et l’environnement.

Pour choisir une peinture écologique, la tâche n’est pas simple car de nombreuses marques proposent désormais leur gamme de peinture écologique. Il faut mener l’enquête pour faire la chasse au greenwashing, procédé répandu qui consiste à mettre en avant des arguments faussement écologiques pour convaincre qu’un produit est éco-responsable alors qu’il ne l’est pas, afin de choisir un produit de qualité.

Que vous ayez déjà pris votre décision ou que vous recherchiez simplement des informations pour votre projet, vous êtes au bon endroit ! Enfilez votre casquette d’enquêteur, je vous explique tout ce qu’il faut savoir pour choisir une peinture écologique de qualité.

Comprendre ce qu’est réellement une peinture écologique

D’un point de vue littéral, une peinture écologique est une peinture qui veille à avoir un impact environnemental réduit tout au long de son cycle de vie : de l’extraction des matières premières à sa destruction. Plus généralement, ces peintures sont également conçues afin de minimiser leurs effets sur la santé.

Respect de l’environnement

Une peinture écologique est fabriquée selon des pratiques durables : procédés de fabrication moins énergivores, utilisation d’énergie et de matières premières renouvelables, production de déchets toxiques moindre, facilité de recyclage.

Elle privilégie dans sa composition des ingrédients naturels et renouvelables, ce qui la rend plus respectueuse de la planète qu’une peinture standard.

Respect de la santé

Les labels écologiques, appelés écolabels, ont imposé aux marques de peinture plusieurs critères afin d’assurer aux consommateurs un produit plus sain et éco-responsable. Parmi eux, on trouve l’obligation d’une composition exempte de métaux lourds, de plastifiants, de conservateurs nocifs et de solvants chimiques.

Le taux d’émanations de COV (composés organiques volatils) est également un critère surveillé pour qu’une peinture soit qualifiée d’écologique. Ces particules toxiques indésirables libérées dans l’air pendant plusieurs mois, voire années après l’application de la peinture, sont à l’origine d’odeurs désagréables ainsi que de nombreux problèmes de santé (gênes respiratoires, maux de têtes, risques cancérigènes…), et nuisent à la qualité de l’air intérieur.

La réglementation européenne sur les COV (Directive COV 2007/2010) prévoit que le taux d’émanation doit être inférieur à 30g/L, quand l’écolabel européen (seul label écologique européen officiel) le limite à 10g/L pour les peintures mates et 40g/L pour les peintures brillantes.

Pour tirer leur épingle du jeu, et parce que pour un consommateur non aguerri un écolabel est un critère de confiance pour choisir une peinture écologique, certaines marques ont fait preuve d’ingéniosité dans leur communication.

Mais pas de panique les petits enquêteurs, je décrypte ça pour vous !

Obtenir des conseils personnalisés pour choisir une peinture écologique

Les différentes appellations de peintures écologiques: made in France, dépolluante, naturelle ou à l’eau

Dans l’esprit des consommateurs, divers arguments, mis abusivement en avant par les marques (hello greenwashing, on te voit !), sont des critères décisifs pour choisir une peinture écologique : made in France, dépolluante, naturelle ou à l’eau. En réalité, ces critères doivent être pris en considération dans un ensemble beaucoup plus global d’informations pour choisir une « vraie » peinture écologique.

C’est parti chers amis enquêteurs, démêlons le vrai du faux !

Made in France

Ces peintures sont fabriquées en France ou dans des pays limitrophes. Certes, elles présentent un faible impact environnemental, mais elles n’en sont pas pour autant écologiques. C’est un bon point de départ, mais à elle seule cette mention n’est pas un critère de choix pertinent. Il faudra regarder de plus près la composition avec votre loupe d’enquêteur.

Dépolluante

L’objectif de ces peintures est d’assainir l’air intérieur en minimisant les substances nocives présentent dans votre logement, notamment le formaldéhyde. Il existe 2 procédés majeurs de dépollution : la photocatalyse ou la captation chimique qui utilisent tous deux des composants chimiques. L’efficacité et l’innocuité de ces techniques ne semblent pas prouvée en conditions réelles (selon UFC que choisir) et les fabricants ne fournissent pas d’informations précises sur les composants utilisés. Il ne faut pas conclure hâtivement qu’une peinture est sans COV juste parce qu’elle prétend les éliminer.

Le conseil Atelier Ma’déco :

Votre meilleur allié c’est vous ! Pour être sûr d’agir pour l’assainissement de votre intérieur, veillez à limiter les sources de pollution que vous y faites entrer (meubles, revêtements, bougies, produits ménager, etc…) et aérer quotidiennement.

différence de composition entre une peinture classique et une peinture écologique

Peinture « à l’eau »

Ce n’est absolument pas un critère décisif pour choisir une peinture écologique, car la seule précision que cette mention apporte concerne le solvant employé : l’eau. Aujourd’hui toutes les peintures acryliques utilisent l’eau comme solvant. Cependant, parmi tous les composants d’une peinture celui qui va permettre de la qualifier d’écologique est le liant. Dans le cas des peintures acryliques et alkydes, par exemple, le liant utilisé est une résine synthétique donc d’origine pétrolière. Les peintures acryliques écologiques sont certes moins polluantes, mais nocives quand même !

Peinture naturelle

Attention amis enquêteurs, cette appellation est peut-être celle qui porte le plus à confusion. Les termes peintures écologiques et peintures naturelles sont souvent utilisés, à tort, de façon interchangeable. Notez qu’à ce jour l’emploi du terme « naturelle » ne répond à aucune réglementation et n’est donc soumis à aucun contrôle. Il est donc très important d’être vigilant sur la composition de ces peintures, car on peut y trouver des composants chimiques néfastes pour l’environnement et pour la santé.

A ne pas confondre avec les peintures biosourcées. Pour obtenir le label « biosourcée », une peinture écologique doit être composés au moins à 45% d’ingrédients naturels et renouvelables issus de la biomasse, et doit contenir minimum 95% (au mieux 98%) de résine biosourcée (minérale ou végétale).

Est-ce plus clair pour toi maintenant ami enquêteur ?

J’espère que les avantages cités juste après finiront de te convaincre de choisir une (vraie) peinture écologique pour ton projet.

Pourquoi choisir une peinture écologique : petit tour d’horizon

Selon moi, il y a 4 avantages majeurs à utiliser une peinture écologique pour son projet de décoration plutôt qu’une peinture traditionnelle.

Qualité de l’air plus saine, bénéfice pour la santé

Quand on sait que l’air intérieur est beaucoup plus pollué que l’air extérieur, il est primordial de porter une attention particulière aux produits que nous choisissons d’utiliser. Les vraies peintures écologiques n’émettent que très peu de composés organiques volatils et contribuent ainsi à préserver la qualité de l’air intérieur.

Bon à savoir :

La mention « Sans COV » n’est pas à prendre au mot. Sachez qu’il est impossible qu’une peinture n’émette aucun COV : elle peut au mieux avoir un taux très faible qui limite l’impact sur la santé. Lorsqu’une marque affiche « Sans COV », cela indique que la peinture en contient moins de 5g par litre.

Démarche éco-responsable, du beau sans sacrifier l’environnement

Choisir une peinture écologique de qualité c’est avant tout faire un geste pour la santé de notre belle planète.

Qualité de la peinture, plus saine mais tout aussi performante

Il est important de souligner que les peintures écologiques ne sont pas moins qualitatives que les peintures traditionnelles. Elles répondent aux mêmes caractéristiques d’utilisation et peuvent être appliquées dans toutes les pièces de la maison (sauf mention contraire du fabricant). L’écolabel certifie est également un gage de qualité et de fiabilité des peintures : pouvoir couvrant, résistance aux frottements, …

Les peintures écologiques présentent également l’avantage supplémentaire de ne dégager que très peu d’odeurs qui se dissipent en seulement quelques jours.

Aspect unique, un intérieur plein de charme

Les peintures naturelles et écologiques apporteront de la texture à vos murs et créeront une ambiance unique et chaleureuse. Les pigments minéraux, inspirés de la nature, permettent une large palette de couleurs riches et profondes qui sublimeront votre intérieur.

Ça y est, vous êtes convaincus ? Top !
Restez encore un peu pour connaître mes 5 conseils pratiques pour vous aider dans votre choix.

Etre accompagné pour concevoir un intérieur unique et authentique

Comment (bien) choisir une peinture écologique ?

Un produit est rarement écologique à 100%, il s’agit donc de faire au mieux, et de choisir celui qui répond au plus près à VOS exigences personnelles.

Sortez votre loupe, et analysez l’étiquetage.

Conseils numéro 1 : Se référer aux labels – écocertifications

On recense 5 labels majeurs qui évaluent l’impact environnemental et sanitaires des peintures écologiques. Chacun contrôle des critères bien spécifiques.

Les labels Ange Bleu et Excell zone verte portent principalement sur la composition du produit, et imposent des restrictions concernant l’utilisation de certaines substances dangereuses (formaldéhyde,  par exemple) et les émissions de COV. Ils imposent également une transparence d’affichage envers les consommateurs. Ces labels ne garantissent pas l’origine naturelle des produits.

Les plus connus, l’Ecolabel européen et NF environnement, ajoutent à leurs critères l’impact environnemental du cycle de vie dans sa globalité et les performances du produit. Toutefois, ils n’excluent pas certaines substances issues de la pétrochimie mais imposent des normes quant à leur utilisation. NF environnement est le label national français et est plus exigeant que son homologue, l’Ecolabel européen.  Cependant, le niveau d’exigence de ces 2 labels délivrés par l’Afnor reste insuffisant.

Le label Nature Plus pousse plus loin encore son approche éco-responsable en accordant une attention particulière à l’utilisation de matières premières naturelles renouvelables (minimum 90%), au caractère écologique de l’emballage, à une production la moins énergivore et polluante possible ainsi qu’à des critères sociaux (salaire minimum garanti, liberté syndicale). C’est le label le plus exigeant adapté aux peintures naturelles.

Les labels sont décernés par des organismes indépendants et représentent un coût financier assez élevé. Bien qu’étant un gage de qualité, certaines marques choisissent de ne pas être certifiées, et l’absence de label n’est pas un critère suffisant pour en déduire qu’il ne s’agit pas d’une peinture écologique. A l’inverse, la présence d’un label écologique ne veut pas dire qu’il s’agit d’une peinture saine.

Conseils numéro 2 : Contrôler le taux de COV

En France, l’étiquetage obligatoire sur les pots de peinture impose aux fabricants d’indiquer le score d’émissions de substances nocives dans l’air de leur peinture.  Cet indicateur, allant de A+ à C, mesure les émissions de COV de la peinture 28 jours après l’application.

Pour la peinture intérieure, il est recommandé de choisir uniquement des peintures classées A+. Cependant, la notation A+ traduit une quantité de COV inférieure ou égale à 30g/L, ce qui est énorme !

En l’absence d’écolabels, cela représente une bonne indication de départ mais pour faire un choix éclairé, il faudra aller voir du côté de la composition ce qu’il en est.

Conseils numéro 3 : Analyser la composition

Privilégiez les peintures à base d’ingrédients les plus naturels possibles : les peintures biosourcées sont en cela l’un des meilleurs choix, l’autre étant de fabriqué vous-même votre peinture naturelle. Composée d’un liant minéral (argile, chaux, silicate, …) ou végétal (l’huile de soja, l’huile de colza et l’huile de ricin, …), de pigments minéraux et d’eau comme solvant, elles sont conçues dans une démarche de développement durable.

Conseils numéro 4 : Consulter la provenance

Parce que vous êtes maintenant des enquêteurs aguerris, je suis certaine que vous savez où je veux en venir !
On privilégiera évidemment une provenance française en premier lieu ou à défaut européenne (mais croyez-moi, on a tout ce qu’il faut en France !!) pour limiter l’impact carbone lié au transport.

Conseils numéro 5 : Se rendre en magasins spécialisés

Si vous voulez vous faciliter le travail de recherche pour choisir une peinture écologique, je vous conseille de vous rendre dans un magasin spécialisé en matériaux écologiques. En effet, les professionnels ont travaillé pour vous en faisant un premier tri sélectif, vous avez ainsi la garantie de trouver des produits réellement écologiques.
De plus, les conseillers seront en mesure de vous accompagner dans le choix de la peinture idéale pour vos besoins spécifiques : support, finition, teinte, etc…

Comme vous l’aurez compris, on ne choisit pas une peinture écologique sur la base d’une seule information. Le caractère écologique est déterminé par plusieurs critères à considérer dans leur ensemble. Pour un intérieur sain qui vous veut du bien, choisir une peinture écologique de qualité est donc incontestablement le meilleur choix que vous puissiez faire. En suivant les conseils pratiques énoncés, vous serez en mesure de faire un choix éclairé en évitant le greenwashing et en sélectionnant une peinture qui répond à vos exigences personnelles en matière d’écologie et de santé.

Embellissez votre intérieur tout en préservant la planète avec une peinture écologique de qualité !

Dans un prochain article, je vous présenterai ma sélection de peinture écologique. Pour ne rien louper, inscrivez-vous dès maintenant à la newsletter.

Un projet à réaliser? Confiez-le moi et profitez de mon expertise.